• Pavillon Gene H.-Kruger
  • Pavillon Gene H.-Kruger
  • Pavillon Gene H.-Kruger
  • Pavillon Gene H.-Kruger
  • Pavillon Gene H.-Kruger
  • Pavillon Gene H.-Kruger

Pavillon Gene H.-Kruger

Université Laval

Catégorie

Éducation, sports et loisirs


Client

Université Laval


Lieu

Québec (Québec) / Canada

Date

2004


Budget

22,2 M$

Superficie

7 400 m.c.


Crédits

Paul Gauthier + Gallienne Moisan architectes (maintenant ABCP architecture)

Photos © Laurent Goulard


Prix et mentions

  • Trophées CONTECH 2004 : Pratique innovatrice en Développement durable

  • Prix Intérieurs FERDIE, catégorie développement durable

  • Prix d’excellence de l’Ordre des Architectes du Québec (OAQ)

  • Mérite d’architecture de la Ville de Québec

  • Prix d'excellence CECOBOIS, catégorie Bâtiment institutionnel de plus de 600 m.c.

  • Prix d'excellence CECOBOIS, catégorie Concept et détail architectural


Description

Projet d’agrandissement de la Faculté de Foresterie et de Géomatique de l’Université Laval, le Pavillon Gene H. Kruger  couvre près de 7,400 m.c., répartis sur deux niveaux et divisés essentiellement en deux secteurs : la zone d’enseignement et la zone des laboratoires et ateliers.

Le projet a été optimisé en terme de développement durable avec la collaboration du GRAP (Groupe de recherche en ambiances physiques) de l’École d’Architecture de l’Université Laval. Les choix environnementaux ont été validés à l’aide du système d’évaluation pour les bâtiments écologiques LEED.

Un ensemble de stratégies bioclimatiques a été intégré au concept pour permettre aux utilisateurs un meilleur contrôle de leur environnement de travail et réduire la consommation d’énergie. L’orientation générale et la configuration du bâtiment permettent d’optimiser les microclimats extérieurs, l’éclairage naturel, le refroidissement passif et le chauffage solaire passif.

La volumétrie du bâtiment protège les entrées des vents prédominants et forme une cour semi fermée orientée vers le sud, offrant un micro-climat favorable pour les activités extérieures. Un passage vitré semi-chauffé conduit vers les édifices existants à l’est et des circulations semi-protégées vers les avenues du campus au nord et au sud. L’implantation du centre offre donc un modèle alternatif pour ce campus composé de bâtiments dispersés sur un plateau exposé aux vents et accessibles principalement par des couloirs souterrains.